Contester son avis général après un rendez-vous de carrière.

Plusieurs collègues sont venus nous solliciter pour contester l’avis général suite au rendez-vous de carrière.

En effet, suite à la mise en place du PPCR, nous avons trois rendez-vous de carrière où nous sommes évalués : le premier est entre le 6e et le 7e échelon et permet de gagner six mois d’ancienneté, le deuxième entre le 8e et le 9e échelon et permet aussi de gagner six mois et le dernier, lors de la deuxième année du 9e échelon pour passer à la hors classe plus rapidement.

Pourquoi contester son avis général ?

Au-delà d’une certaine reconnaissance de l’institution qui nous fait souvent défaut, l’enjeu est surtout financier. Le PPCR n’a pas fait progresser nos salaires et la valeur du point d’indice est à nouveau bloquée depuis janvier 2017.

Ces avis sont pérennes, même pour la hors-classe, ce qui peut être pénalisant : par exemple, cela peut empêcher les plus âgés d’entre nous de passer à la hors classe avant la retraite.

Par ailleurs, le PPCR est une arnaque, c’est pour cela que la CGT avait voté contre. On attend toujours la revalorisation de nos carrières et de nos salaires !

Premier moment où il faut être vigilant.

Les avis des inspecteurs, et des chefs d’établissement pour le second degré, nous sont transmis fin juin ou en juillet sur I-prof, rubrique SIAE. Il est possible de faire remonter des observations si les avis ne correspondent pas à l’échange lors de l’entretien.

Deuxième moment : le recours gracieux.

Pour un certain nombre de collègues, cette année, l’avis général ne reflétait pas exactement les avis hiérarchiques. Ainsi, des collègues ayant une majorité d’avis « très satisfaisant » n’avaient que « satisfaisant » en avis général, par exemple. Or quand nous notons par compétences ou de manière numérique, nous ne mettons pas « satisfaisant » ou « 15 » si l’élève a une majorité de « très satisfaisant » ou « 18 » à chaque « compétence travaillée », même si d’autres « compétences » restent à travailler… C’est la « bienveillance » que l’on nous demande.

Il faut donc écrire un recours gracieux, soit à la rectrice pour les collègues du second degré (ministre pour les agrégés), soit au DASEN pour les collègues du premier degré, pour contester l’avis pour le changement d’échelon ou le changement de grade.

Vous avez trente jours après réception de l’avis général pour le recours gracieux. Il se transmet normalement par voie hiérarchique.

Par exemple en objet : « recours gracieux concernant l’appréciation qui m’a été attribuée  pour mon inscription au tableau d’avancement de la hors classe » ou « recours gracieux concernant l’appréciation qui m’a été attribuée  pour l’avancement de carrière ».

Puis il faut montrer la différence entre les avis hiérarchiques et l’avis final et développer les arguments qui justifie un avis « très satisfaisant » ou « excellent » s’il s’agit de la hors classe. N’hésitez pas à rappeler concrètement votre implication dans le travail.

L’administration a un mois pour répondre ou pas. Si elle ne répond pas, cela vaut un avis négatif. Dans ce cas, on a à nouveau trente jour pour saisir la Commission Administrative Paritaire.

Troisième moment : contestation devant la Commission administrative paritaire.

Il faut écrire une deuxième lettre à la rectrice ou au DASEN pour saisir la CAPD pour le premier degré, de la CAPA pour le second degré (CAPN pour les agrégés) qui va gérer les contestations.

Par exemple en objet : « Demande de saisie de la CAPA en vue d’une révision de l’appréciation finale suite au rendez-vous de carrière ».

Puis vous développez à nouveau l’inadéquation entre les avis hiérarchiques et l’avis final, les arguments de votre implication professionnelle. Vous pouvez transmettre des pièces à votre dossier.

Important : le suivi syndical.

Envoyez systématiquement une copie au syndicat, tant pour le recours gracieux que pour la contestation devant la Commission administrative paritaire.

Pour la contestation, transmettez toutes les pièces justificatives qui permettent aux élus de vous défendre.

Le courriel du syndicat : Sden82@hotmail.fr

Si vous nous faites remonter vos contestations, cela nous permettra de montrer l’ampleur des dysfonctionnements du système.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *