Et si nous parlions bulletin de salaire ?

Titulaires comme précaires : réclamez systématiquement auprès du rectorat, pour l’avoir dans la dernière semaine du mois, votre bulletin de salaire.

Réclamez systématiquement le salaire que vous avez gagné afin qu’il vous soit versé dans le mois qui suit l’activité.

Paie à l’éducation : le chant des SIREHN…

Le ministre de l’éducation Blanquer vient d’annoncer courant juillet l’abandon du logiciel de paie SIREHN. Ainsi déclare-t-il « il apparaît clairement que le programme Sirhen n’est pas parfaitement adapté aux enjeux de gestion des ressources humaines et technologiques d’aujourd’hui ».

Programme inadapté aux enjeux de gestion des ressources humaines ?  On arrive à la même conclusion au quotidien.

Les salaires des contractuel.les et plus largement de tous les précaires sont déjà bien maigres et ne permettent pas de vivre décemment. Et s’ajoute à cela que dans l’académie de Toulouse, un.e contractuel.le par exemple reçoit son bulletin de paie avec trois mois de retard. S’il, elle est indemnisé.e par pôle emploi en complément de salaire, il doit également compter sur trois semaines de délai supplémentaire pour percevoir ce complément. Résultat : salaire tronqué de 50 % durant un délai moyen de deux mois.

Et sans parler d’un.e enseignant.e qui débute en septembre : son salaire n’est souvent perçu que mi-novembre.

A minima, cela laisse dans la situation de précarité tou.tes les enseignant.es qui sont concernés par ces retards de paiements, et ces retards de fourniture de bulletin de salaire. Il faut se justifier de travailler à l’éducation nationale pour le moindre prêt.

L’enjeu réel : c’est payer justement les personnels de l’éducation, les payer à temps !

Pour les AVS-AESH, certain.es n’ont eu qu’une… avance en octobre du salaire de septembre…

L’état vient d’engloutir 320 millions d’euros dans le projet SIREHN : et si on utilisait ces fonds pour du personnel qui suive la paie dans les rectorats ? Au lieu de cela, le budget 2019 prévoit la suppression de 400 administratifs.

Un retard de salaire ou de bulletin de salaire, cela implique :

  • Des agios bancaires en cas de découvert
  • Des rejets de chèques impayés, car oui, le versement du salaire par l’éducation est irrégulier
  • Des impossibilités de contracter des crédits… ne serait-ce pour régler ses dettes !

La Revendication de la CGT est simple :

  • Avoir les bulletins de paie en fin de mois comme tout employeur se doit de le fournir
  • Un versement de rémunération régulier, dès la rentrée et pour tous les personnels
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *