Le ministre campe sur ses positions : en grève le 17 juin et les jours suivants !

Si le ministre s’obstine à maintenir ce cap, nous devrons nous mettre en grève le 17 juin et les jours suivants jusqu’à l’ouverture de réelles négociations sur nos revendications.

Nous demandons le retrait de la loi de l’école de la confiance, le retrait des réformes du baccalauréat, du lycée général et du lycée professionnel et l’abrogation de Parcoursup. Nous refusons la précarité et le recours accru à la contractualisation.

Nous exigeons le respect des droits des personnels non titulaires, l’augmentation de la valeur du point d’indice pour une réelle revalorisation salariale, des conditions de travail satisfaisantes pour nous permettre d’assurer nos missions correctement (effectifs des classes…) et des moyens suffisants au regard des besoins de notre académie.

Une mobilisation qui aura duré une année scolaire.

Le bilan des actions des collègues mobilisés commence à être long : grèves et manifestations tout au long de l’année scolaire, démissions collectives de professeurs principaux, moyennes à 20 ou absence de moyennes pour alerter parents et administration, réunions publiques et actions symboliques pour expliquer les réformes du lycée général et du lycée professionnel, actions médiatiques pour alerter les autres citoyens du danger des réformes et de la loi…

Une grève des examens assumée par le ministre.

Le ministre veut tout faire passer en force, à l’image des autres réformes de ce gouvernement. Il ne respecte même pas les procédures classiques de négociation, ne daignant pas discuter des revendications portées sur les préavis de grève. Il porte l’entière responsabilité des événements qui pourront se dérouler la semaine du bac ou lors des corrections.

Voir le préavis de grève académique.

Voir l’appel intersyndical.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.