Luttes interprofessionnel

21 septembre : mobilisation générale.

Le jeudi 21 septembre, tou-te-s les salarié-e-s de l’Éducation nationale sont appelé-e-s à faire grève et à manifester contre les ordonnances de casse du code du travail et contre les attaques que subit le service public. A Montauban, le rendez-vous […]

Rythmes scolaires : face à une nouvelle provocation pendant les vacances, la CGT reste mobilisée

Soucieux de faire admettre la réforme des rythmes scolaires aux municipalités, le gouvernement avait prévu des mesures dérogatoires et transitoires concernant l’encadrement des activités périscolaires. Afin que cette réforme ne pèse pas trop financièrement sur les communes, un plan d’aide financier avait été instauré et le taux d’encadrement avait été modifié pour embaucher le moins de personnel possible. Ainsi, il était prévu un‐e animateur‐trice pour quatorze mineur‐es âgé‐es de moins de six ans et un‐e animateur‐trice pour dix‐huit mineur‐es âgé‐es de six ans ou plus. Ces  aménagements  ont  été  vécus  douloureusement  par  les  personnels  des  collectivités  territoriales puisqu’ils  dégradaient  leurs  conditions  de  travail  et  apparaissaient  comme  une  négation  de  leur professionnalisme et de leur spécificité.   Aujourd’hui, alors que la question des rythmes scolaires n’est pas close pour les professionnels de l’Ecole et pour  les  parents  (renouvellement  des  projets  éducatifs  territoriaux,  aménagement  des  horaires…),  le gouvernement accélère le tempo en vue des élections présidentielles de 2017. Il semble vouloir solder les affaires courantes et les dossiers suscitant des mécontentements. Ainsi, par un décret du 1er août, pendant la trêve estivale, il pérennise le provisoire et l’expérimental en rendant définitif ces taux d’encadrement ainsi […]